You are currently viewing Histoire du pinceau

Histoire du pinceau

Connaissez-vous l’histoire fascinante du pinceau ?
Quand est-il apparu ? D’où vient-il et qui l’a inventé ?
Découvrez dans ce court article l’évolution du pinceau, outil millénaire indispensable à l’artiste, depuis son origine jusqu’à nos jours.

Allons-y.

Les origines

On sait que jadis, les Égyptiens peignaient avec des outils du même type que les pinceaux fabriqués à partir de feuilles de palme.

Mais, c’est véritablement en Chine que l’histoire du pinceau commence,
puisque c’est là-bas que l’on a découvert des pinceaux âgés de plus de 3000 ans !
Les Chinois, en même temps qu’ils développent leur calligraphie, mettent au point le pinceau afin de pouvoir écrire leurs idéogrammes.
Pour cela, ils insèrent des touffes de poils d’animaux dans des tiges de bambou.
Le pinceau gagne ensuite la Corée, le Japon et l’occident, sans doute par les grandes routes économiques comme la célèbre route de la soie.

Le pinceau est né en Chine il y a plus de 3000 ans.
Le pinceau est né en Chine il y a plus de 3000 ans.

En Europe, on trouve les premières traces écrites de cet outil au 12e siècle dans le Schedula diversarum artium [Traité des divers arts] du germanique Théophile le moine.

Le mot pinceau, dérivé du latin penicillus, « petite queue », apparaît au XVe siècle en Europe.

A LIRE EGALEMENT :   Comment dessiner avec les bonnes proportions ?

Grâce au traité sur la peinture de Cennino Cennini, imprimé en 1437, on sait que les anciens n’employaient que des pinceaux et des brosses rondes en poils de petit-gris, de chevreuil ou en soies de porc.
Les poils étaient noués en touffe puis insérés dans des tuyaux de plumes de vautour, d’oie ou de poule.

Exemple de pinceau à lavis montés sur un tuyau de plume fendu puis lié avec un fil de métal.

Au début du 17ᵉ siècle, dans les ateliers d’artistes, les pinceaux sont encore fabriqués par les apprentis au même titre que la préparation des châssis et des couleurs.

Prolongement de la main du maître, le pinceau doit en traduire les vibrations les plus infimes comme les plus larges envolées et s’adapter à tous les types de pigments, ce qui explique, dès les origines, une très grande variété de formes, de longueurs et de types de poils pour obtenir une touffe conforme au geste requis.

Un autre exemple de pinceau monté sur plume. Ici la touffe est directement insérée dans le tube de la plume sans ligature. C’est l’ancêtre de la virole métallique.

Le pinceau Industriel

Ce ne sera véritablement qu’à partir de la seconde moitié du 17ᵉ siècle que va naître l’industrie du pinceau en Europe.

Elle prendra notamment son essor à partir de 1730 / 1750 avec l’apparition de la tôle qui permet la fabrication nouvelle de la virole métallique.

La qualité des pinceaux français gagne rapidement une excellente réputation dans toute l’Europe.

La brosse plate : un pinceau moderne

Les brosses plates telles que nous les connaissons aujourd’hui ne sont apparues qu’au 19e siècle, lorsque l’on a commencé à fabriquer les viroles métalliques qu’il était possible d’aplatir grâce aux machines de presse.
Le saviez-vous : Les pinceaux et les brosses carrées ont été créés pour répondre à la demande des peintres pré-impressionnistes.

A LIRE EGALEMENT :   Tout savoir sur la Peinture Acrylique
Histoire du pinceau et de la brosse plate.
Brosses plates et carrées avec virole métallique.


La Fibre Synthétique

Au 20e siècle, l’évolution du pinceau continue avec les premiers pinceaux en fibres artificielles (1975 / 1980) en nylon blanc, très fermes et peu élastiques.
Depuis, d’autres fibres, toujours des dérivées de polyamide, ont fait leur apparition.

La recherche de nouvelles fibres synthétiques copiant les caractéristiques des poils naturels ne cesse d’évoluée et les fabricants proposent de nos jours une gamme variée d’outils de plus en plus performants.

La fibre synthétique de ce pinceau est une innovation technique.
La forme ondulée de cette fibre crée des espaces qui retiennent les molécules d’eau et la couleur, contrairement aux fibres synthétiques classiques, droites et alignées, qui les laissent glisser. Ainsi, grâce à cette ondulation innovante, elles retiennent deux fois plus de couleur.

Le Rayonnement du pinceau Français.

La fabrication du pinceau français a eu, au départ, un monopole très large et les Allemands de Nuremberg (Da Vinci) sont d’ailleurs venus apprendre la technique auprès des Français.
La forme française des pinceaux d’artistes est encore la plus utilisée dans le monde.

Certaines marques Françaises connues aujourd’hui sont très anciennes : Raphaël (Société Berge Raphaël) créé en 1793, Léonard (Société Bullier) dès 1840, Isabey (Société Labrosse et Dupont) début 19ᵉ, et en 1925, les pinceaux Manet (Société Plantefol).
En Europe, citons Rowney (Angleterre 1789), Winsor et Newton (Angleterre 1832) et Talens (Pays-Bas 1899).

3000 ans après le pinceau est toujours en évolution et il a encore de beaux jours devant lui !
J’espère que cet article vous a plu et que vous aurez appris de choses.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les pinceaux ces articles pourraient également vous intéresser :

À bientôt pour la suite,
Joanaa

Laisser un commentaire