You are currently viewing Histoire du Pigment

Histoire du Pigment


Autrefois appelé ‘couleurs’ comme dans l’expression ‘marchand de couleurs’, la plupart des pigments utilisés dans nos peintures sont aujourd’hui synthétiques.
Mais connaissez-vous la véritable histoire du pigment ? D’où proviennent les couleurs originelles de nos palettes d’artistes ? Comment le pigment à t’il évolué au cours des siècles ?

Terres naturelles et Art Pariétal

L’usage des pigments par nos ancêtres remonte à plus de 30 000 ans !
En effet, les pigments inaugurent l’un des premiers courant de l’histoire de l’art : L’art Pariétal encore visible sur les parois des grottes du monde entier (comme les grottes de Gargas, Lascaux, Chauvet, Altamira, etc.).
Pour créer, les artistes de l’époque utilisait des terres naturelles (ocres, craies), du charbon de bois ou des os calcinés qu’ils récupéraient dans leur environnement.

Grottes de Lascaux (salle des taureaux)

Les roches minérales de l’Age de Bronze

L’invention d’outils en fer durant l’Age de Bronze (-1500 à -1000 avant JC) permis de broyer et réduire plus facilement certaines roches minérales en pigment.
S’ajoutèrent ainsi au nuancier des artistes : du rouge foncé (cinabre), du rouge-orange brillant (réalgar), un jaune brillant (orpiment), un bleu foncé (lapis-lazuli), un bleu pâle (azurite) et un vert (malachite).

A LIRE EGALEMENT :   Pourquoi utiliser la Pierre Noire en dessin ?

L’Antiquité et l’usage du pigment

Les Égyptiens connaissaient également les pigments issus de certaines pierres dures broyées et fabriquaient leur fameux Bleu Egyptien. Ils utilisaient en tout 7 couleurs.

Les Phéniciens et les Grecs inventèrent le blanc de céruse, le rouge de Saturne ou minium et le jaune qui était un oxyde de plomb.

On doit aux Romains le pigment pourpre obtenu à partir des Murex (escargots marins).
(Il fallait plus de 250.000 murex brandaris et murex trunculus pour extraire une quinzaine de grammes de teinture. Tout juste de quoi colorer une toge… ! )

Étrusques, Grecs et Romains connaissaient également le sépia, extrait de la poche des seiches.

Statuettes en faïence Bleu Égyptien – XXIIe DYNASTIE

Les pigments du Moyen-Age

Les pigments minéraux comme les terres vertes, ou organiques comme le jaune Indien (venu des Indes vers l’Europe par le canal des Perses), le vert-de-gris, le bitume (brun), l’or et l’argent, complètent la palette des anciens.

Les artistes maitrisant de mieux en mieux la chimie des couleurs broient dans les ateliers, des carbonates, de l’hématite, du minium pour réaliser des rouges, des terres ocre jaunes, de la limonite, du sulfure d’arsenic.
La peinture à l’huile fait peu à peu son apparition.

Les broyeurs de couleurs.
Gravure de l’Atelier de Van Eyck, détail, atelier de Philips Galle d’après Jan van der Straet, c. 1593 – c. 1598

L’époque Moderne et la chimie

L’ère du pigment minéral (pigment dont la molécule est constituée par un oxyde métallique ou un set métallique d’un acide minéral) commence au XVIIᵉ siècle avec les Allemands Dieppel et Diesbach qui inventèrent en 1704 le bleu de Prusse. Vers 1740 apparait le jaune de Naples (antimoine de plomb). En 1778, Sheelle crée le célèbre vert empoisoné de Sheelle (arséniate de cuivre).

Au XIXᵉ siècle, l’essor de l’industrie chimique permet d’obtenir des pigments mineraux de synthèse : jaune de chrome, vert Véronèse, bleu de cobalt, orange de cadmium, alizarine cramoisie, vert de cobalt, vert émeraude, bleu outremer, jaune et rouge de cadmium, jaune de baryum, vermillon d’antimoine, jaune de zinc, violet, bleu céruléum, oxyde de titane, etc.

A LIRE EGALEMENT :   Je suis Artiste Peintre et voici mon histoire…

La plupart des pigments obtenus à cette époque sont encore utilisés de nos jours.

Au XXe siècle, de nouveaux pigments organiques de synthèse voient le jour : les phtalocyanines, les azoïques, les anthraquinones, les quinacridones, les indanthrènes, etc.
La palette de l’artiste ainsi enrichie est presque illimitée : il existe aujourd’hui près de 5000 couleurs disponibles.

Pour finir, voici une conférence au Louvre, du grand Michel Pastoureau, spécialiste de l’histoire des couleurs.
À visionner absolument !

Cet article fait partie de la trilogie : Pigments et Couleurs qui pourrait peut-être vous intéresser :
C’est quoi : les pigments ?
Choisir ses tubes de peinture comme les pros

À bientôt pour la suite,
Joanaa

Cet article a 2 commentaires

  1. Klayros

    C’est drôle, il y a deux heures je parlais de la conférence de Michel Pastoureau. Et l’année dernière j’ai moi-même étudié les pierres, et donc leur utilisation pour les pigments 🙂

    1. Joanaa F.

      Cette conférence est une mine d’infos et Mr Pastoureau une référence. A voir absolument !

Laisser un commentaire